• LYCEE DE BAR- LE-DUC . POURRITURE DES ARCHIVES . 2 FI 709

    JE    DISPOSE   D '  UNE    LETTRE    DU   DIRECTEUR   DES   ARCHIVES   DEPARTEMENTALES     ,  EN   DATE     DU   22   JUIN    2017   ,     A   PROPOS   DES    DOCUMENTS    , UN   TAS  DE   POURRITURE    ,    PRODUITS   PAR   LE   LYCEE   POINCARE     DE   BAR   -  LE    -  DUC  .    JE    ME   RAPPELAIS     AVOIR     RENTRE     EN     1987      DES     ARCHIVES             (     versement           848   W     )   DANS    UN   FORT   MAUVAIS     ETAT  DE   CONSERVATION   ,  MAIS    JE   NE   ME   SOUVENAIS   PAS      AVOIR   PENSE    A  FAIRE   DES   PHOTOS    TANT   LE   VRAC    ET   LA  POURRITURE    AVAIENT    PRIS   DE   PAREILLES    PROPORTIONS   .   LE    DIRECTEUR   DES    ARCHIVES   M ' A   DEMANDE    ,      EN      2017     ,    6  EUROS    , 98     POUR   DISPOSER   DE   CES     PHOTOS      QUI    SONT     ACCOMPAGNEES     D '  UN   RECOLEMENT     REALISE      PAR    LES     ARCHIVISTES       DEVANT    L '  INCURIE    DES    ENSEIGNANTS     ,     RECOLEMENT    COMPORTANT   PARFOIS   LA     SIMPLE       "   ANALYSE    "   VRAC ...    CETTE   PAGAILLE     ETONNE   DE   LA   PART   D   '  UN    ETABLISSEMENT     QUI     ABRITE    DES     PROFESSEURS     D  '  HISTOIRE    .   L  '  ETAT   DE   POURRITURE   DES    DOCUMENTS   LAISSE    PENSER     QUE    LES    DOCUMENTS     ETAIENT     ABANDONNES    DANS       UNE    CAVE   .   LE   PROVISEUR   N '  AVAIT   PAS    LE   TEMPS   DE   VISITER   TOUT     SON    BÂTIMENT    .     IL   N   '  AVAIT     PAS      NON   PLUS    ASSEZ   D  '   IMAGINATION   POUR     PENSER        QUE    L  '  ARCHIVISTE    DEPARTEMENTAL     (  RUE    MONSEIGNEUR   -   AIMOND       A   BAR   -   LE   -     DUC   )      POUVAIT   RECEVOIR    DU   COURRIER     EN   PROVENANCE   DU   RECTORAT   DE   NANCY   .   CETTE    CORRESPONDANCE    RECTORALE      CONCERNAIT      LA   DECHARGE   D '  HORAIRE     ACCORDEE    A   MME    NICOLE    ARNOD    ,   PROFESSEUR    AGREGE   D '  HISTOIRE   ,  EN    1978      POUR   ANIMER     UNE     "   SECTION   D   '   HISTOIRE   MEDIEVALE    "    AUX     ARCHIVES   DEPARTEMENTALES      CREEE     PAR   UN    CAPRICE   DE   CETTE    SEULE    ENSEIGNANTE   .    LE   PROVISEUR     DIT   NE     PAS    SE     SOUVENIR    DE  CETTE    CREATION    MALENCONTREUSE   .   LE      PROVISEUR   N '   A  RIEN   VU    :  NI   LA   POURRITURE   DE    SES   DOCUMENTS   ADMINISTRATIFS        DANS     SA   CAVE    NI   LE   COURRIER   RECU   PAR   SA   SECRETAIRE    .   IL   N '  AVAIT    PAS    VU    NON   PLUS    QU   '  IL   N '  Y    AVAIT   PAS   DE  PLACE    RUE   MONSEIGNEUR   -  AIMOND     POUR  LA    CREATION     D   '  UNE      SECONDE   SECTION     AU      "     SERVICE    EDUCATIF    "    ,   SURTOUT    QUAND   CETTE     SECONDE     "  SECTION    "   SE    VOULAIT    AFFECTEE     AUX    DOCUMENTS     MEDIEVAUX     ,  PARCHEMINS    PARFOIS   SCELLES      ,  PARTICULIEREMENT    FRAGILES   .   SI    TOUTES   LES   ADMINISTRATIONS      TRAITAIENT   LEURS   ARCHIVES     COMME    L '  ONT   FAIT   LES    ENSEIGNANTS   D  '  HISTOIRE   DU    LYCEE    POINCARE       ,  L  '   ECRITURE  DE   L ' HISTOIRE   SERAIT    IMPOSSIBLE