• ILE DE LA REUNION .LYCEE BACCALAUREAT . FRAUDES ? 1966

     UN     DE  MES     ANCIENS    PROFESSEURS   D   '  ANGLAIS     (   1966      ANNEE     DE    MON     BAC )     AU     LYCEE    LECONTE    -  DE    -   LISLE        M   '   ENVOIE    CE    JOUR    CE   MAIL    :   "       JE    N '   AI   RIEN    A   CACHER  .    EN   FAIT    IL   ME   SEMBLE      QUE    C '   ETAIT    LORS     DE   LA    DERNIERE     SESSION   OU    LES    COPIES   FURENT    CORRIGEES        SUR   PLACE   .   ENSUITE       ,  ELLES     FURENT     ENVOYEES      EN   FRANCE  ,  DE   LA     CETTE   PERTE     ,  A    AIX    -  EN    -  PROVENCE  ,   D    '   EPREUVES      DE   LA   REUNION     DU   FAIT       D    '  UNE      QUERELLE    ENTRE   DEUX       EPOUX     ENSEIGNANTS      DIVORCES    PEU     APRES    CE   CHANGEMENT  ,    JE     NE    ME   RAPPELLE     PLUS    TRES    BIEN     QUAND  .     C   '  EST   LORS   DE   CETTE     SESSION      QUE   JE   FUS    CAMBRIOLE     (   EN   FAIT      POUR   VERIFIER    MES   NOTES   ,   EN     VAIN     PUISQUE   JE   ME   MEFIAIS    ET    LES    AVAIS    CACHEES  )  ,  CE      DONT   M.     S.  (  L   '    INTENDANT     DU    LYCEE     )     M   '   AVAIT     EXPRESSEMENT      DEMANDE     DE   NE   PAS    PARLER  ,      DE   LA     MES     DOUTES     QUANT     AUX    FAUTEURS    DU   CAMBRIOLAGE  ,   ET    QUE    LE   PROVISEUR     M '  AVAIT    TELEPHONE     AU      SUJET    DE   LA   TRADUCTION   DE      "    MOUNTAINEERING   " .    ET   LORS    DE   LA   DELIBERATION      A   LYCEE    LECONTE   DE   LISLE  ,   LE    COLLEGUE   DE   MATHEMATIQUES    AVAIT       COMMUNIQUE   DES   RESULTATS    AVANT   LA     FIN    DE  LA    DELIBERATION    EN   FAISANT     TOMBER     DANS    LA    COUR    DEPUIS    LE    BALCON    DU   PREMIER     ETAGE    DES   PAPIERS      ENROULES    DANS     LA    COUR    DEPUIS    LE   BALCON   DU   PREMIER    ETAGE      DES   PAPIERS      ENROULES     COMME     DES   BILLETS    DE  LOTERIE    .    LA   DATE     EXACTE      ,  JE   NE   SAIS    PLUS  ;  PEUT  -   ÊTRE     1966   ?    JE   N '   AI    JAMAIS     CONSTATE      DE   TELS   DERAPAGES       EN   FRANCE     (  SIC    )     QUAND     J   '  ETAIS   PRESIDENT     DE   JURY    DE   BAC    ,  MAIS    JE     DOIS        AJOUTER       QUE     LES    FRAUDES      ETAIENT     PROBABLEMENT      ET     SIMPLEMENT        PLUS   VISIBLES    ET   PLUS   FREQUENTES  A   LA   REUNION    DU   FAIT     DES   CIRCUITS    PLUS   RESTREINTS    ET   DE   LA    PROXIMITE      ENTRE   CEUX     QUI   DECIDAIENT     ET    LES    PERSONNES      CONCERNEES     PAR   CES   DECISIONS    .   "     (   SIGNE     :  MICHEL    ) .